Danse au Musée

Stage franco-allemand
du 11 au 18 septembre 2016 à Lyon
dans le cadre de la Biennale de la Danse

Du 11 au 18 septembre 2016 à Lyon, les participants du stage « Danse au musée » ont exploré en dansant le Musée Gallo-Romain de Lyon. Ils ont également participé à une sélection d’événements de la Biennale de la Danse et ont pu échanger avec plusieurs artistes.

dsc03234Sous la direction de Liz King et Florian Bilbao, tous deux danseurs et chorégraphes, les participants ont visité le musée d’une manière particulière, portant une attention particulière aux visiteurs dans leur démarche : le groupe s’est interrogé sur les liens entre les différents éléments d’un musée – à savoir l’œuvre, le spectateur et l’espace muséal – et comment est-il possible de les percevoir avec tous nos sens ?

Le musée, bâtiment construit par l’architecte Bernard H. Zehrfuss, semble presque s’effacer derrière les deux amphithéâtres romains construits sur la colline de Fourvière… le visiteur peut y trouver de nombreuses découvertes de l’histoire gallo-romaine de Lyon sur une surface de 5000 m2 : des trésors archéologiques, tels qu’un calendrier gallois en bronze, un sarcophage en marbre représentant dans ses reliefs sculptés le triomphe de Bacchus ou encore une mosaïque au sol accessible aux visiteurs.

Le travail commença pour les participants par une exploration silencieuse du musée. Chacun retourna ensuite sur un lieu l’ayant particulièrement marqué et fut chargé de présenter un détail spécifique de ce lieu aux autres. Ce fut comme une propre recherche archéologique, personnelle, dans les trouvailles exposés au musée.

dsc03510Ainsi, le groupe a pu par exemple découvrir le jeu entre les formes rondes et droites de l’escalier en colimaçon à l’entrée du musée, un petit bloc de bois soutenant un masque en pierre, ou encore la face hideuse de Jupiter dont les traits de visages se sont abimés avec le temps en perdant leur relief – ce qui donne l’impression qu’il nous montre ses dents.

La manière de bouger des danseurs a changé lorsqu’ils ont pu s’imaginer les objets et les espaces du musée en lien avec leur corps. Selon Liz King, « c’est le corps qui raconte la relation à l’objet en dansant ». En partant de ce détail, le travail débuta avec plusieurs créations courtes que les participants développèrent tout au long de la semaine.

dsc03476Lors de moments d’improvisation libre au musée, se réalisèrent des tourbillons de mouvements individuels ainsi que des duos ou trios… La rencontre avec le public y fut très intéressante. L’expérience montra que les plus jeunes étaient attirés par les improvisations – et ce moins que les personnes âgées. Plusieurs parmi eux stoppèrent leur parcours de visite, bouches bées, et commencèrent à rire de gêne ou se laissèrent inspirer en imitant les mouvements des danseurs à leur tour. Les mouvements furent occasionnellement l’occasion d’échanges avec des visiteurs découvrant pour la première fois la danse contemporaine.

C’est le cadre du musée qui donna ce rapport spécial au visiteur, lieu de spectacle inhabituel, captant le visiteur à un moment inattendu. Les musées auraient tout intérêt à multiplier l’accueil de la danse dans leurs lieux, car elle apporte de la vie et de l’échange au milieu d’éléments souvent statiques bien que caractériels. Elle étend son énergie aux visiteurs et fascine le public d’une nouvelle manière.

La semaine se clôtura avec une restitution ouverte au public le samedi 17 septembre dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, devant le musée sur la scène du théâtre antique de l’Odéon. Près de 150 spectateurs ont ainsi partager ce point culminant du stage avec les participants franco-allemands de cette riche semaine.

texte: Marie-Christine Kesting

Plus de photos sur facebook.

Informations à télécharger :


Liz King2016-01-17 Liz.0080AF_geschnitten

Elle est danseuse et chorégraphe. Après son engagement auprès du Ballet de Stuttgart, elle fonde le TTW-Tanztheater de Vienne et dirige le Théâtre de Heidelberg. En 2005, elle initie le programme de résidence pour jeunes artistes «D.ID Dance Identity» en Autriche, partenaire du projet «Dancing Museums».

 

Medium Res Cafe am Neuen See copyright-1017_NoirBlancFlorian Bilbao

Il est un danseur et chorégraphe français, vivant à Berlin. Il a travaillé notamment avec les chorégraphes Xavier Le Roy et Tino Sehgal, et co-dirige avec Mercedes Appugliese la Cie A+B TANZBAU.


 

Atelier proposé par la Plattform (association Plateforme de la jeune création franco-allemande) en partenariat avec la Biennale de la Danse Lyon et le Musée Gallo-Romain Lyon. Avec le soutien de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse et de la Région Auvergne – Rhône-Alpes.

Composition Logos