Moteur Art et… Action !

Du 4 au 12 juin 2016, à Lyon

Échange Allemagne, France, Québec
Sur la thématique de « L’art contre l’exclusion »*

Les photos de l’échange 2016 sont sur notre page facebook : ICI

Cet échange proposa à des jeunes artistes** de France, d’Allemagne et du Québec de découvrir de nombreux projets rhônalpins s’adressant à des personnes en situation d’exclusion (quelle qu’elle soit) par le biais de la pratique artistique.

thumb_dsc00481_1024Les participants à cette semaine de rencontres ont notamment pu (à titre d’exemples) assister à la restitution du projet « Opéra Côté Cour », mené par l’Opéra National de Lyon et l’association Eolo avec des enfants en situation de handicap ou non, échanger autour d’un projet d’art sonore dans un quartier dit « prioritaire » (les Minguettes, à Vénissieux) avec La Tribu du Hérisson, visiter le centre culturel d’accompagnement d’une clinique psychatrique « La Ferme du Vinatier » projet atypique au croisement entre ville et hôpital, …

La visite de l’atelier créatif du Centre social de Parilly représenta un temps de fort de la semaine, particulièrement marquant pour les stagiaires. Encadré par l’association Filigrane, un groupe de personnes âgées isolées s’est réunit toutes les deux semaines pour échanger, rire, jouer au théâtre et contrer la solitude quotidienne. Hassan Guaid, rappeur et slameur lyonnais, a côtoyé le groupe en tant qu’artiste accompagnateur – ou plutôt en tant qu’« invité » comme aiment le dire les participants au projet…

Comme ils ont aimé le raconter, le but de ces rencontres n’étaient pas de réussir un projet artistique parfait, thumb_dsc00642_1024mais plutôt de s’amuser et de participer activement. Lorsque la timide Claire raconta l’expérience de son interprétation devant un public, les visages s’illuminèrent. Pierre avoua que le groupe était devenu au fur et à mesure une famille, grâce notamment aux activités initiées par la « Caravane des dix mots », un projet artistique international dans l’espace francophone (voir le site de l’association Filigrane : www.filigrane-rhonealpes.fr)

Au delà de ces échanges et rencontres avec des professionnels, les participants ont eu la possibilité de s’essayer aux domaines de la danse et de la photographie, sous la direction de la chorégraphe Natacha Paquignon et de la photographe Sarah Mulot. Ainsi, lors de séances de pratique artistique, ils ont développé leurs propres formes d’expressions – mais aussi lors d’un café-débat sur la thématique de « L’art relationnel », ouvert au public.

Le point de départ de la réflexion et source d’inspiration pour leurs créations artistiques dansées ou photographiées était « la valise ». Un élément non seulement relié à des moments positifs et expériences exceptionnelles tels que les voyages, mais aussi à des situations où l’on peut se sentir étranger, limité, voire exclu – tout comme les publics auxquels souhaitaient s’adresser les artistes et intervenants participant.

thumb_dsc00525_1024Le travail autour de la danse démarra avec un brainstorming collectif : quels souvenirs relient-ont à la valise ? Cette réflexion inspira les premiers moments d’improvisation. Des valises de différentes tailles ont été réparties à cet effet sur la scène de Toï Toï le Zinc et invitèrent à découvrir de nouveaux mouvements.

L’autre moitié du groupe avait pour objectif d’exprimer visuellement cette thématique, sous la direction de Sarah Mulot. Leur cahier des charges artistique : réaliser une seule et unique photo, exprimant leur rapport avec la valise et ce qu’elle pouvait évoquer. La visite des différents projets au cours de la semaine fut l’occasion de transporter une petite valise particulière qui leur avait été confiée, contenant un appareil photo argentique cachée à l’intérieur… et ainsi d’éprouver le sentiment de devoir être en déplacement, de transporter un objet précieux capable d’immortaliser un instant de vie. Leur photo, prise au moment de leur choix, fut développée en fin de semaine en live sur la scène du Toï Toï le Zinc, devant les yeux des spectateurs.

Le groupe de participants a en effet pu présenter ses travaux en introduction d’un café-débat sur la thématique de l’art relationnel, organisé le 9 juin après-midi pour élargir la réflexion à un plus large public, avec des acteurs de l’agglomération lyonnaise engagés contre l’exclusion et tous ceux souhaitant être présents.

Quelques phrases inspirées de la semaine et de ces nombreuses valises ont introduit les débats et présentations de chacun : «  ce que je laisse derrière moi ; la joie, la découverte de choses nouvelles ; aller de l’avant et / ou … faire un choix ».

Après tant d’expériences et d’impressions partagés au cours de la semaine, l’ensemble du groupe reparti avec mille idées, envies ou projets… Ils ont néanmoins pu s’accorder sur une chose : l’art peut ouvrir l’esprit et aider à développer une force poétique là où le quotidien domine habituellement les pensées.

**Cet atelier a concerné des jeunes artistes professionnels ou en formation, ainsi que des éducateurs, vivant en France, en Allemagne et au Québec, intervenant ou souhaitant intervenir auprès de personnes en situation d’exclusion à travers l’art.

*Le titre de cette formation « Moteur, Art, et… Action! » a été choisie par la Plattform sur une aimable et intéressante proposition de Léa Touzé, participante à l’édition 2015 de cet échange. Merci à elle !

Les intervenants :

Natacha_petit

Natacha Paquignon : Chorégraphe de la compagnie Kat’chaça à Lyon et danseuse, elle met en œuvre un projet artistique sur la notion de frontière : entre les disciplines, entre art, territoire et populations, entre professionnels et non professionnels, entre espaces dédiés au spectacle vivant et espaces non-dédiés.  Elle développe une recherche sur la création d’un langage chorégraphique et numérique, la relation entre danseurs et environnement numérique, entre le public et l’œuvre. / www.katchaca.fr

Sarah-MulotSarah Mulot : Sarah Mulot est depuis 2007 la directrice artistique du collectif Ohm_Art, proposant des dispositifs artistiques immersifs, participatifs et réflexifs sur le médium photographique, à la croisée entre arts vivants et arts plastiques. « L’expérience de l’image manifeste le lien fragile que chacun entretient avec l’extérieur, permettant de proposer, questionner, et observer ces fenêtres invisibles sur le monde comme autant d’issues poétiques ». / www.ohmart.blogspot.fr


Informations concernant l’édition 2015 : « L’art contre l’exclusion »
Plus de photos de l’échange 2015 : sur notre page facebook

Atelier organisé par la Plattform depuis 2013 en partenariat avec de nombreuses structures en Allemagne, au Québec et en France, comme Toï Toï le Zinc et la compagnie Kat’chaça; avec le soutien de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse, de l’Office franco-québécois pour la Jeunesse / LOJIQ et de la Région Auvergne – Rhône-Alpes

Logos-site-web